Self-défense médicale : Etre attentif, prendre en charge la situation, obtenir de l’aide 2


Self-défense médicale : Être attentif, prendre en charge la situation, obtenir de l’aide

En cette journée européenne du 112, numéro d’urgence, un article sur la Self-défense médicale.

Le 112 est le numéro d’urgence européen gratuit sur tous les portables en Europe. Si on appelle depuis son portable français le 112 dans un autre pays européen, on est mis en relation avec une personne parlant le français, qui fera le relais linguistique nécessaire à une bonne prise en charge de la situation avec les secours locaux.

Irene_van_der_Zande-Fondatrice-de-Kidpower

Irene van der Zande – Fondatrice de Kidpower

Par Irene van der Zande, Fondatrice Kidpower et Directrice Exécutive

 

 

Je crois que mon ami Paul nous a quitté bien avant son heure parce qu’il a été malheureusement mal pris en charge et insuffisamment suivi par le système médical.

C’était un homme gentil, qui faisait facilement confiance et écoutait ce que les personnes ayant autorité lui disaient de faire. Parce que ces experts étaient très occupés, il estimait qu’il n’avait pas le droit de les déranger. Bien que Paul ait continuellement des problèmes suite aux erreurs faites avec son traitement, il a attendu que ces problèmes deviennent de vraies urgences au lieu de s’exprimer. De tout mon cœur, je regrette que nous n’ayons pas su ce qu’il se tramait à l’époque et de ne pas avoir pu lui venir en aide.

Beaucoup d’entre nous ont des histoires similaires à raconter, où un manque d’attention, de compétence ou de communication de la part de personnel de santé talentueux, dévoué et bien intentionné, ont causé du mal à un proche suite à un problème de santé. Nous pouvons apprendre à nous protéger dans ce genre de situations pour ne pas être mis en danger, tout comme nous pouvons apprendre à nous défendre d’une agression délibérée.

En toutes circonstances, les habiletés de protection et de négociation sont utiles pour nous protéger physiquement et émotionnellement.

Face à des problèmes de santé, pouvoir défendre nos intérêts et ceux de nos proches, afin de protéger notre santé et notre bien-être, peut faire la différence entre la vie et la mort.

 

Les stratégies de protection de base que nous enseignons à Kidpower, aux enfants, comme aux adultes, sont:

  1. Être Attentif,
  2. Prendre en Charge la situation,
  3. Obtenir de l’Aide.

 

Voici une histoire personnelle qui illustre « comment utiliser ces stratégies » m’a aidé à bien gérer un cas d’urgence médicale.

Un jour, lors d’une excursion en canoë à Elderhostel avec mon père alors âgé de 78 ans, j’ai dérapé sur du gravier qui recouvrait le grès blanc et me suis effondrée sur le sol dur. Nous revenions d’une longue randonnée et avions encore à descendre la rivière sur des kilomètres et une longue route de marche avant de pouvoir atteindre les secours.

C’était aussi avant l’accès généralisé au téléphone portable. Donc nous n’avions aucun moyen d’appeler à l’aide.

Bien que nous pensions tous que j’avais une mauvaise entorse, en fait, les deux os de ma jambe s’étaient cassés juste au-dessus de ma cheville avant de se remettent en place. Ce qui signifiait qu’à ce moment précis, j’avais une fracture qui pouvait guérir sans chirurgie mais qui risquait de s’aggraver sans précautions.

Aussitôt après être tombée, j’ai senti que je commençais à m’évanouir. Au lieu de cela, j’ai commencé à respirer calmement et me suis dit que je devais tout faire pour rester consciente et ainsi rester en sécurité. Je me suis assise, j’ai regardé la belle vue de la Rivière du Missouri 3.000 mètres plus bas et je me suis concentrée sur ma respiration.

Tout le monde était inquiet pour moi et j’allais avoir besoin de leur aide pour redescendre le mur du canyon que j’avais grimpé si facilement quelques moments auparavant.

Ils étaient tous si concentrés sur l’aide qu’ils m’apportaient que je devais constamment leur rappeler d’assurer leur équilibre et leurs appuis. A un moment, si j’avais accepté la main qu’un homme me tendait pour me relever, nous aurions tous plongés sur les rochers en contrebas. Je l’ai regardé tituber au bord du vide et lui ai dit «tu ne te tiens pas ! Accroche-toi bien ! ».

Pendant les deux jours qu’il nous a fallu pour rejoindre la civilisation, mon père pagaya pour nous deux en descendant la rivière et ne me quitta pas des yeux alors que je marchais en boitant et voyageais dans le canoë.

Quand je suis arrivée à l’hôpital, un technicien mal formé m’a fait un plâtre provisoire trop haut et l’a ensuite cassé laissant des échardes pointues de fibre de verre appuyant contre ma peau non protégée. Si j’avais redressé ma jambe comme il me le demandait j’aurais lacéré mon genou. Au lieu de cela, je l’ai regardé incrédule et lui ai dit, « je veux qu’une infirmière voie ça…maintenant! ». Horrifiée l’infirmière se confondit en excuses.

Pour quitter l’hôpital on m’a donné une paire de béquilles avec des instructions d’utilisation des plus sommaires et la recommandation de ne cogner ma jambe à aucun prix. Je devais faire des efforts constants pour ne pas tomber et je ne pouvais faire que quelques pas à la fois. Ce n’est que de retour chez moi que j’ai appris que les béquilles étaient réglées pour une personne beaucoup plus grande que moi.

Aux aéroports que nous avons pris avec mon père pour rentrer à la maison, les aides qui poussaient mon fauteuil me mettaient constamment en travers du chemin des autres passagers. Même en leur rappelant sans cesse que ma jambe ne devait absolument pas être cognée, ils me poussaient directement sur la trajectoire de personnes courant attraper leur avion ou juste derrière les gens qui balançaient leurs grosses valises des rampes à bagages.

Parce que les aéroports sont bruyants et que les aides sont distraits et pressés, j’ai dû hausser la voix pour me faire entendre. J’ai évité plusieurs collisions parce que je criais constamment « Excusez-moi,…Attendez….Attention ! »

Lorsque nous sommes arrivés à la maison, j’étais épuisée. Mais grâce au support de mon père, à beaucoup de chance et parce que j’ai su être attentive et m’exprimer à haute voix, la cassure de ma jambe était toujours miraculeusement parfaitement alignée et guérit rapidement et sans intervention chirurgicale.

Savoir comment être attentif, prendre en charge la situation et obtenir de l’aide peut faire toute la différence pour votre sécurité physique et émotionnelle.

 

  1. Etre attentif

En cas d’urgence, les gens bien intentionnées peuvent devenir si stressés qu’ils risquent de faire plus de mal que de bien. Ils peuvent bouger une personne dans une mauvaise position et aggraver une blessure, ils peuvent paniquer et causer un accident, parce qu’ils ne regardent pas où ils vont ou parce qu’ils ne sont pas trop sûrs de ce qu’ils font.

Dans les grandes bureaucraties comme les hôpitaux ou les aéroports les besoins du système interfèrent souvent avec le bien-être de l’individu. Bien que beaucoup d’institutions de soins soient très impliquées et compétentes, reste attentif, conscient que les personnes qui te soignent peuvent être mal formées, trop occupées pour faire attention aux détails ou s’en moquer complètement, être mal informées, être accaparées par des problèmes personnels ou avoir du mal à communiquer entre elles correctement.

 

  1. Prendre en charge la situation 

Quand on est blessé ou malade c’est normal de vouloir que quelqu’un d’autre prenne soin de vous. Si tu es conscient, tu peux décider à qui tu fais confiance ou pas pour ton bien être. Sois attentif au niveau de compétence des personnes qui t’aident et au niveau d’attention qu’ils peuvent apporter à ce qu’ils font. N’hésite pas à expliquer aux gens ce qu’ils peuvent faire ou pas avec ton corps.

Ne donne pas ton pouvoir aux personnes en position d’autorité, insiste pour savoir tous les choix que tu as et de bien connaître le pour et le contre de chaque choix. Si on ne t’écoute pas n’hésite pas à t’exprimer fermement, respectueusement et avec détermination. Sois prêt à hausser la voix si on ne prête pas attention à ce qui t’inquiète.

Une amie âgée, qui faisait un long séjour à l’hôpital avait dans son dossier un mot de son médecin interdisant les prises de sang car ses veines étaient trop fragiles pour supporter d’être piquées à moins que le soignant ne soit extrêmement compétent. Parce que la politique de l’hôpital était de faire des prises de sang de routine et parce que le personnel ne prenait pas le temps de lire son dossier avant de s’occuper d’elle, elle prit l’habitude de crier « Pas de prise de sang ! Mon médecin dit « Pas de prise de sang ! » » Dès qu’un infirmier s’approchait de son lit.

Protège ton temps et ton argent en insistant pour voir le résultat de tous tes examens et en acquérant quelques connaissances sur ton corps, assez pour remarquer si quelque chose ne va pas. Après un scanner, une de mes collègues a demandé « c’est mon cou ça ? » Il se trouve que le technicien c’était trompé et avait fait un scanner du bas de son dos !

Écris tes questions avant de voir le médecin et écris aussi les réponses qu’il te donne. Fais attention de bien comprendre ce que tu dois faire et fais attention à ce qui ne colle pas. Vérifie tout deux fois. Une amie a remarqué que l’ordonnance qu’on lui avait donnée ne correspondait pas aux instructions du médecin. Après vérification il s’est trouvé que la pharmacie avait fait une erreur. Si elle avait suivi leurs instructions elle aurait pris une dose mortelle dès le premier jour.

 

  1. Obtenir de l’aide 

Quand tu n’es pas capable de veiller sur toi même, demande à des personnes de confiance de défendre tes intérêts. Si tu as besoin d’aide exprime-toi. Dans une grande bureaucratie tu auras certainement besoin d’interrompre des personnes très occupées et être persistent dans tes demandes pour obtenir ce dont tu as besoin. Tu peux aider les gens à vouloir t’aider en restant respectueux plutôt qu’agressif même si tu es frustré par la quantité d’énergie que tu dois déployer juste pour que l’on fasse attention à l’aide et au respect dont tu as besoin. Les gens seront plus attentifs si tu les complimentes souvent sur ce qu’ils font correctement même si tu penses que c’est juste leur travail.

Il y a quelques années, j’étais à l’hôpital et je devais passer un dernier examen pour que le médecin puisse décider s’il était possible de me laisser sortir. L’examen n’arrêtait pas d’être repoussé et l’infirmière n’arrêtait pas de me dire qu’elle ne pouvait rien faire pour accélérer les choses. Finalement je lui ai demandé «  Mais avez-vous le pouvoir de demander ? » Elle parut surprise et alla demander, je fis l’examen et rentrai enfin chez moi.

 

Nous avons toujours le pouvoir de demander, avec persistance, respect et sans relâche !

 

Souviens-toi quand tu as un problème d’ordre médical tu as la responsabilité et le droit de prendre soin de toi et de tes proches. La self-défense médicale c’est être très attentif à ce qui se passe, passer à l’action pour être sûr de recevoir le bon traitement et persister pour obtenir l’aide dont tu as besoin.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Self-défense médicale : Etre attentif, prendre en charge la situation, obtenir de l’aide

  • TinyToons

    Article très intéressant qui pose les bons réflexes et attitudes à avoir en cas d’urgence… et savoir qu’en Europe on peut obtenir de l’aide grâce au 112.
    Merci bcp !