Planifier sa sécurité pour une manifestation


par Irene van der Zande, fondatrice du programme Kidpower et directeur executif Californie | 7 août 2020


Conseils aux particuliers

Quelles que soient vos convictions politiques, si vous ou vos proches décidez de participer pacifiquement à une marche ou à une manifestation, nous voulons que vous soyez tous autant en sécurité que possible. Et aussi vous soyez prêts à faire des choix judicieux au cas où la situation deviendrait dangereuse. Dans ces temps difficiles de difficultés sociales, des questions anxieuses nous sont posées, telles que: « Ma fille de 21 ans veut participer à des manifestations. Comment puis-je l’aider à rester en sécurité à tout moment ? » Ou encore : « Je suis bouleversé.e par ce qui se passe actuellement dans notre pays. Même si je ne suis jamais allé.e à une manifestation auparavant, je pense que je dois le faire pour être fidèle à mes valeurs. Quels sont les points essentiels ? »

Même si c’est notre droit démocratique que de se regrouper pour attirer l’attention sur des sujets qu’on estime importants, participer à une manifestation peut nous exposer à un risque de préjudice. En préparant des « plans de sécurité », nous pouvons diminuer ces risques pour nous-mêmes et pour les autres. Nos recommandations proposent des stratégies de « planification de sécurité Kidpower » pour quelqu’un qui veut participer à toute sorte de marche ou manifestation.

1. Penser avant et rester conscient.e – Ce qui se passe est-il conforme à MES valeurs ?

Même des manifestations pacifiques peuvent offenser des gens qui ont des croyances différentes ou désorganiser fortement tout un quartier ou une région. La raison pour laquelle les gens vont manifester tient à ce que parfois, il est nécessaire de heurter des croyances ou de poser des actions qui dérangent d’autres personnes car c’est le moyen le plus efficace pour provoquer un changement sans lequel on ne pourrait pas résoudre des problèmes sociaux majeurs.

La plupart des organisateurs ou des participants à ces manifestations ont des intentions pacifiques et ne tolèrent pas les menaces, ni la violence, ni la destruction de biens. De nombreux manifestants se mettent en danger pour protéger des personnes lors d’une agression physique ou pour empêcher les atteintes aux biens, comme le vandalisme d’entreprises ou de logements.

Aussi nous devons être attentif.ve aux changements de contexte et avoir conscience de nos propres valeurs pour y rester fidèle le moment venu. 

Par exemple, une jeune femme se souvient d’avoir participé à une réunion vraiment inspirante avec des milliers de personnes qui réclamaient justice.  Malheureusement, le leader très charismatique a soudainement commencé à haranguer la foule en scandant « à mort, [un tel] ! » Même si elle était totalement en désaccord avec les choix politiques de la personne ciblée, et totalement d’accord avec la cause défendue par le leader du mouvement, elle se savait là pour une manifestation pacifique. Pas pour menacer de tuer qui que ce soit. Aussi difficile que cela ait été, alors que des milliers de personnes commençaient à chanter avec le leader, elle a tranquillement quitté la zone.

Les rassemblements publics peuvent défendre des causes auxquelles nous croyons profondément. Mais ils se révèlent parfois en pratique très différents. 

Autre exemple : quand elle était à l’université, une jeune femme a rejoint une marche qu’elle pensait être contre la guerre. Mais elle a découvert qu’elle soutenait un professeur très populaire qui – elle en était témoin – avait sévèrement harcelé sexuellement de nombreuses femmes, dont elle-même. Cette fois, même si ce n’était pas très prudent, elle a fait demi-tour, quitte à fendre la foule qui allait en sens opposé.

Avant de décider d’accorder votre soutien en rejoignant un rassemblement public, soyez prêt à modifier votre plan si les choses ne se passent pas comme prévu ou si elles deviennent dangereuses. « Changer de plan » peut signifier partir de la manifestation ou – si vous êtes en mesure de prendre le leadership ou prêt à prendre un risque – signifier prendre la parole pour mettre fin à un comportement dangereux ou contraire à l’éthique. Lorsque vous arrivez à la manifestation, restez conscient et attentif. Remarquez si l’ambiance commence à changer dans un sens qui ne vous convient pas.

2. Être prêt.e – Gérer ses déclencheurs émotionnels

Des sentiments forts tels que la colère face à l’injustice peuvent inciter les gens à agir de manière excessive et radicale. La clé est de canaliser votre colère pour en rester le maître de vous-même et non qu’elle vous emporte. N’oubliez pas que parler de manière à la fois puissante et respectueuse est plus efficace et plus sûr que de crier des insultes ou des menaces à quelqu’un en colère contre vous ou qui essaie de bloquer la manifestation.

Être submergé par des émotions fortes peut vous empêcher de penser clairement et vous amener à prendre des décisions que vous pourrez regretter plus tard. Les personnes qui parlent et agissent selon des réactions émotionnelles peuvent involontairement aggraver des problèmes pour eux-mêmes et pour les autres. Surtout si aller manifester est nouveau pour vous, vous observerez que les émotions des gens autour de vous peuvent vous emporter et vous risquez alors de perdre le contrôle de vos propres émotions. Or, lorsque vous êtes confronté à des gens qui bloquent la manifestation de manière injuste et destructrice, on peut facilement vouloir agir envers eux de la façon dont ils agissent envers vous ou d’autres manifestants.

La première chose à faire lorsque vous commencez à être emporté par vos émotions est de prendre conscience de ce qui se passe en vous pour prendre les bonnes décisions. Pour favoriser une réflexion claire, calmez-vous en utilisant des stratégies Kidpower ou d’autres méthodes qui fonctionnent pour vous. Évitez d’utiliser des substances qui pourraient altérer votre discernement. Préparez-vous à l’avance à rester conscient, calme et attentif afin d’être prêt à décider clairement de ce que vous voulez accomplir, faire ou ne pas faire en tant que participant à une manifestation. Entrainez-vous au préalable afin de disposer des ressources et de votre calme en cas de danger survenant en manifestation. Cela vous aidera à parler et à agir de manière à préserver votre sécurité.

3. Si nous sommes à plusieurs, planifier comment « rester ensemble » 

Si vous allez à une manifestation avec des amis, parlez directement et spécifiquement de ce que « Rester ensemble » signifie pour vous. Resterez-vous à proximité relative, à portée de voix, dans les parages ? Ou bien serez-vous à portée de main les uns des autres ?

Entraînez-vous à communiquer avec des voix calmes et confiantes. Entraînez-vous aussi à dire des phrases à voix haute. Par exemple, comme il est facile d’être séparés dans un espace bondé ou chaotique quand quelqu’un s’arrête, entraînez-vous à vous interpeller par signal tactile (toucher l’épaule, le bras) et à dire des choses comme: « Attendez, on doit s’arrêter.» Ou « Faisons demi-tour.»

Si vous êtes séparés, mettez-vous d’accord sur l’endroit et le moment où vous vous retrouverez – et incluez des plans de secours au cas où quelque chose d’inattendu se produirait. Si finalement vous décidez de garder votre téléphone sur vous, pensez à anticiper le téléchargement du plan de la zone. Entraînez-vous à télécharger et à lire une carte sur un téléphone en mode avion. Vous gagnerez en confiance sur l’utilisation des plans numériques sans accès en ligne.

Acceptez que quelque chose se passe mal avec votre téléphone – vous risquez de le perdre, de le casser ou de vous le faire confisquer. Tenez compte de cette possibilité dans votre planification de sécurité afin que vos plans de sécurité incluent des solutions sans technologie.

4. Faire un plan de sécurité : s’assurer que tout va bien et comment obtenir de l’aide si nécessaire

Surtout si vous partez seul, dites à vos proches ce que vous allez faire. Arrangez-vous pour que quelqu’un s’interroge sur ce qui se passe pour vous à un moment convenu, pour s’assurer que vous allez bien. Établissez avec eux un plan clair et précis sur ce qu’ils doivent faire et qui appeler s’ils ne peuvent pas vous joindre directement, afin de vérifier que vous êtes en sécurité.

Que vous soyez seul ou en groupe, imaginez que vous n’avez pas votre téléphone à proximité – et que vous ne pouvez donc pas appeler vos contacts. 

Êtes-vous capable de réciter trois numéros de téléphone différents à appeler pour atteindre les personnes qui se soucient de vous ?

 Mémorisez et notez les informations importantes. Aucune stratégie n’est parfaite – un bout de papier avec le numéro de vos contacts peut tomber ou être illisible, par exemple. Aussi, prévoir plusieurs plans alternatifs vous ouvrira plus d’options de secours.

5. Prendre en charge la situation : planifier des moyens de protéger son corps

Les manifestations en cette période de pandémie combinée à des troubles sociaux comportent des risques qui peuvent échapper à votre contrôle. 

Faites des plans pour gérer les choses qui sont sous VOTRE contrôle. Protégez les autres et vous-même en appliquant scrupuleusement les préconisations sanitaires en portant des masques (ou non…. vérifier la législation applicable), rester à l’extérieur et garder une distance de sécurité entre vous et les autres lorsque cela est possible. Tenez compte des avantages et inconvénients des choses que vous pourriez porter, y compris les types de masques, gants, lunettes, écrans faciaux, chapeaux, vêtements de protection et chaussures.

Entraînez-vous à utiliser tout ce qui est inhabituel. Par exemple, si vous décidez de porter des gants et que vous décidez également de garder votre téléphone, pouvez-vous réellement utiliser votre téléphone avec les gants que vous avez choisis ? La pratique de ces stratégies de base à la maison vous aidera à vous sentir plus en confiance plus tard.

Tenez compte de tout ce que vous mettez sur votre corps. Si vous utilisez des crèmes (écran solaire…), des accessoires, prenez le temps de vérifier comment ça pourrait réagir avec des produits chimiques, comme les gaz lacrymogènes. Ou prévoyez de ne pas en porter ce jour-là. Si vous avez des lentilles de contact, prenez le temps de vérifier quels seraient l’effet des produits chimiques dans l’air.

6. Juste au cas où : planifier des moyens de protéger mon identité et celle des autres.

Souvent, nous apprenons trop tard que, légalement ou illégalement, les personnes participant à des rassemblements publics ont vu leur identité captée par des personnes en position de pouvoir qui pourraient riposter. (photos, vidéo, reconnaissance faciale)

Même si vous n’êtes pas aussi exposé que certains, rappelez-vous que les manifestants dont vous partagez la photo peuvent l’être. Soyez attentif.ve et faites des choix judicieux pour protéger votre identité de différentes manières, par exemple :

Apparence physique : soyez conscient.e que d’autres puissent prendre des photos et des vidéos pour lesquelles les personnes en position de pouvoir peuvent avoir accès grâce à la technologie de surveillance. Vous n’avez aucun contrôle sur ce qu’ils font des données ou des images de vous dont ils disposent. Prenez en charge les choses qui sont en VOTRE pouvoir. Par exemple, vous avez le pouvoir de choisir des vêtements basiques afin de vous fondre dans la masse plutôt que de vous démarquer. Vous pouvez observer ce que les autres portent et élaborer des plans de sécurité qui tiennent compte de ce que vous avez appris cette fois-là.

Véhicules : Si vous allez en voiture à une manifestation, acceptez que les numéros de plaque d’immatriculation puissent être captés non seulement par photo / vidéo, mais également par certains types de technologie de surveillance. Même si vous pensez que cela pourrait ne pas être une préoccupation directe pour vous, prenez le temps de vérifier si le véhicule est relié, de quelque façon que ce soit, à une famille dont des personnes ont été impliquées ou touchées par l’incarcération ou l’immigration. L’utilisation de ce véhicule dans le cadre de cette manifestation pourrait-elle éventuellement poser un problème de sécurité à d’autres, comme un être cher sans papiers ou en liberté conditionnelle, plus tard? Prenez le temps d’y réfléchir à l’avance – et ajustez vos plans en conséquence – pour éviter certains types de préjudices plus tard.

Appareils numériques : si vous gardez votre téléphone, soyez conscient.e qu’il existe de nombreuses façons d’en savoir plus sur vous par ce moyen. Demandez-vous si vous allez le laisser chez vous et peut-être emporter un téléphone prépayé à la place. Dans ce cas, prenez le temps de vous familiariser avec pour l’utiliser plus facilement, même si vous êtes affolé.e ou blessé.e.

Si vous décidez de garder votre téléphone habituel avec vous, prenez le temps de découvrir les mesures que vous pouvez prendre pour vous protéger. Les paramètres liés aux services d’empreintes digitales ou d’identification faciale et de localisation peuvent être modifiés. Apprenez et entraînez-vous à ajuster les paramètres. Prenez le temps d’identifier et de mettre en pratique d’autres stratégies qui pourraient être utiles et protectrices, comme prendre des photos sans déverrouiller votre téléphone.

Fonctionnalités et applications de l’appareil : première chose à vérifier avant d’utiliser votre téléphone pour prendre ou diffuser des photos d’autrui. Les photos et les vidéos sont des outils puissants et importants concernant les problèmes de sécurité – et la publication d’images d’autres personnes comporte également des risques pour ces personnes dont vous avez capturé les images.

Réfléchissez d’abord avant de communiquer via des applications. Bien que vous puissiez en avoir besoin et vouloir le faire, soyez conscient.e que tout ce qui a une « empreinte numérique » puisse être capté et diffusé. Vous pouvez rechercher à vous protéger avec du cryptage – et prendre quelques secondes pour réfléchir avant d’envoyer son message à tout le monde, reste une stratégie de sécurité puissante, même si vous pensez vraiment que vos communications sont cryptées.

Déterminez si vous souhaitez ou non utiliser des applications conçues pour partager des informations avec des organisations. Si vous décidez d’utiliser une application, entraînez-vous jusqu’à ce que vous soyez parfaitement à l’aise.

7. Planifier quoi apporter, comment le porter et ce qu’on peux laisser tomber

Il y a beaucoup de choses que vous pourriez envisager de transporter, allant de vos papiers d’identité, de la nourriture, de l’eau, de l’argent, de quoi écrire et des appareils numériques, aux médicaments, aux protections féminines et aux premiers soins.

Prenez le temps de vous renseigner auprès des personnes qui ont déjà connu la situation que vous allez connaître aussi. Que recommandent-ils aux participants de prendre avec eux et pourquoi ?

N’oubliez pas que vous pouvez apporter une pièce d’identité et de l’argent liquide sans apporter votre portefeuille complet. Réfléchissez bien à chaque chose que vous décidez d’emporter ou de laisser – et soyez en mesure d’expliquer pourquoi vous avez fait chaque choix.

Chez Kidpower, nous avons enseigné à des milliers de personnes que « la sécurité est plus importante que les objets ». Peu importe ce que vous prévoyez de transporter. Élaborez et appliquez un plan de sécurité pour savoir ce que vous ferez si vous le perdez, si quelqu’un le prend ou si vous devez l’abandonner pour courir vers un endroit sécurisé. La pratique de « laisser des choses » vous permettra d’agir plus rapidement si vous en avez besoin.

8. Établir un plan de sécurité pour une éventuelle arrestation ou détention

Vous pourriez faire face à la détention provisoire ou à l’arrestation policière lors d’une manifestation. Même si vous préférez éviter que cela se produise en quittant le lieu avant que les choses n’arrivent à ce point. Au cas où, prenez le temps de rechercher ce dont vous pourriez avoir besoin si vous êtes détenu.e pendant quelques heures ou même quelques jours. Quels médicaments utilisez-vous ? Quels numéros pouvez-vous appeler ? Où pourriez-vous mettre de l’argent disponible de côté, afin que vos amis ou vos proches qui souhaitent vous aider ne soient pas aux prises avec un obstacle financier ?

Encore une fois, ces conseils de sécurité s’adressent à quiconque décide de participer pacifiquement à une manifestation ou à une marche de protestation, quels que soient les problèmes pour lesquels vous vous exprimez, pour ou contre. Nous espérons que ces informations vous aideront à rester en sécurité, à rester en forme et à rester fidèle à vous-même.

Ressources additionnelles:

Merci de nous faire part de vos suggestions.

Irene van der Zande

Directeur exécutif et fondateur

Auteur à succès d’Amazon


Copyright © 2020 – présent. Une publication Kidpower Teenpower Fullpower International. Tous droits réservés.

Article publié en anglais : 7 août 2020   |   Dernière mise-à-jour : 7 août 2020 |   Lire la version originale anglaise Article publié en français : 10 décembre 2020   Dernière mise-à-jour : 10 décembre 2020


À propos de l’auteure

Irene_van_der_Zande-Fondatrice-de-Kidpower
Irene van der Zande – Fondatrice de Kidpower

Irene van der Zande, Fondatrice de Kidpower® et directrice générale de Kidpower International depuis ses débuts en 1989. Irene van der Zande est passée maître dans l’art d’enseigner la sécurité à l’aide d’histoires et d’exercices pratiques ainsi que dans l’art d’inspirer d’autres à faire de même. Son expertise en matière de protection de l’enfant et de la sécurité personnelle en général a été mis en lumière dans de nombreux médias : USA Today, CNN, Today Moms, LA Times et The Wall Street Journal.

Elle est également l’auteure de nombreuses publications. Certains titres forts demandés sont :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.